Révision de la Constitution: quand Houngbédji lance une deuxième pique à Talon

Recevabilité acquise sauf qu’il appartiendra au peuple béninois de se prononcer par voie référendaire sur la nécessité ou non d’amender la constitution de 1990. C’est la sentence prononcée jeudi dernier par les députés de l’Assemblée nationale à la faveur de la plénière dédiée à l’examen de la proposition de loi portant amendement de la constitution. Les attentes des « députés révisionnistes » n’ont certainement pas été atteintes mais ils auront eu le mérite de franchir un pas de plus. D’ailleurs, la déception se lisait aisément sur tous les visages des députés estampillés BMP. À une seule exception près: Me Adrien Houngbédji.
Pour le président du Parlement, l’échec de la révision à l’Assemblée nationale devrait être applaudi. « Pourquoi vous n’applaudissez pas ? « , s’exclama-t-il alors que les députés de la majorité s’attristaient de n’avoir pas pu réunir les 4/5 prescrits. Et puis… Adrien Houngbédji était dans son plus grand sérieux lorsqu’il posait la sordide question à ses collègues. Exactement comme ce fut le cas lorsqu’à la fin de la première tentative manquée, il concluait que c’était « une affaire de réglée ».
N’est-on pas en droit de conclure que Me Adrien Houngbédji n’a jamais épousé sincèrement l’idée de la révision de la constitution ? Sinon…

Vitali Boton

About Vitali BOTON

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *